Il était une fois, sur les terres de Basse- Normandie, au cœur du Département de l’Orne et dans les territoires du pays d’Ouche, le millénaire Domaine de La Ferté-Fresnel.

Au commencement les premiers Barons de la Ferté-Fresnel firent sortir un premier puis un second Château féodal, véritables forteresses médiévales en vue de mettre hors jeu les ennemis de la couronne.

Quand le Baron d’Héricy, il y a presque 300 ans, imagine la construction du troisième Château, il le voit plutôt comme un manoir Baronnial flanqué de son colombier…mais le souvenir des premières forteresses demeure.

Notre Château actuel

En 1853, le nouvel héritier du Domaine de la Ferté-Fresnel s’appelle Armand Alexis Odet, Marquis de Montault. Il se souvient que son Père fut le Chambellan de l’Empereur Napoléon 1er avant de devenir gentilhomme de la Chambre du Roi : à la gloire de la famille, il a l’idée géniale de se lancer dans la construction du quatrième et actuel château notre Ferté-Fresnel.

La demeure se doit d’être monumentale.  C’est donc tout naturellement qu’il s’adresse à l’architecte parisien Maurice Storès, Inspecteur des Bâtiments Civils et qui avait concouru pour les Halles de Paris en 1854, l’Hôtel de Ville de Paris en 1873 et réalisé en 1860 un projet pour l’Opéra de Paris.

La Salle des Caryatides et son prestigieux escalier, dressés au cœur de notre Demeure, semblent être une adaptation de l’un de ses projets qu’il avait imaginés pour l’Opéra de Paris.

Maurice Storès engage des peintres décorateurs dont Alphonse Ouri (1828-1891) élève de Delacroix qui s’occupe de la décoration de la Salle des Caryatides, pendant que l’artiste peintre Godon réalise les peintures qui égayent les angles du Salon de Cupidon.

Mais de très nombreux décors anciens et antérieurs, provenant des anciens Châteaux, ont été ramenés ici par le Marquis de Montault : les parquets Versailles du XVIIIème siècles, les boiseries et cheminées fin XVIIème siècle… autant de témoins, de facture excellente,
qui rappellent les pages du passé.